Là-haut ! en Cappadoce

Je pressai le bouton off de mon réveil avant même qu’il ne sonne.

Il n’était pas encore quatre heures du matin, mais mes yeux étaient déjà grands ouverts. Je n’avais pas dormi de la nuit, j’étais trop impatiente. Dans quelques heures, je serai en plein vol au dessus d’un paysage lunaire, j’allais faire mon baptême de montgolfière en Cappadoce.

Je m’habillai rapidement et en silence, essayant de ne pas réveiller mes camarades de dortoir, puis sortis dans l’air frais de la nuit, enveloppée dans mon pull et dansant d’un pied sur l’autre, agitée et impatiente.

Une par une, les nombreuses compagnies de ballon s’arrêtèrent devant l’hôtel pour récupérer leurs passagers matinaux. Ceux-là sortaient en courant de leurs chambres, refermant leurs sacs et finissant d’enfiler leurs manteaux.

J’attendais, seule, sachant parfaitement que ma compagnie serait une des dernières à arriver, profitant du silence et de l’air vivifiant de la nuit.

Quand enfin le chauffeur pour Royal Balloon arriva, je ne lui laissai même pas le temps d’entrer dans la cour, m’élançant vers lui. « C’est moi ! »

Le bus nous déposa au quartier général. Après avoir été triés par ballons puis dirigés vers la caisse, je réalisai que j’avais oublié mon argent dans le sac à dos assis tranquillement sur mon lit de dortoir. Plus vraiment surprise par mes propres bourdes, je souris, m’excusai, et promis de payer sur le chemin retour.

Un copieux petit déjeuner et un trajet en bus supplémentaire plus tard, et j’étais en train de frissonner en cadence avec mon groupe de douze personnes, observant plusieurs hommes diriger une grande flamme de gaz dans l’énorme enveloppe en tissu qui allait nous emmener vers le ciel.

Enfin, le moment était arrivé, le ballon était gonflé, dans les airs, prêt.

Après que j’ai grimpé dans le panier (avec mon peu d’élégance coutumier), le pilote, arborant une moustache et des gants blancs comme je l’avais toujours imaginé, envoya une succession de courtes flammes dans le ballon jusqu’à ce que, gracieusement, il décolla.

Je regardais avec émerveillement le sol s’éloigner. J’avais cru que j’allais être au moins un peu effrayée, mais pas du tout. A la place, quelques lignes de Peter Pan se pressèrent sur mes lèvres. « On s’envole ! » je chantonnai dans un murmure, avec un sourire imbécile.

Les vallées de la Cappadoce s’étalaient en bas, pendant que tous les autres ballons s’élevaient également un par un, recréant cette image tant anticipée.

balloon

Et, soudainement, la dernière touche à ce tableau parfait, le soleil se leva, apparaissant derrière une distante vallée, sa lumière venant épouser la rondeur des ballons et révéler la vibrance de leurs couleurs.

Les vallées se remplirent lentement de lumière, se colorant de tout leur camaïeu de blanc, de rose et de rouge, les formations rocheuses se découpant en net contraste.

Je voulais pousser le pilote à monter, à aller là-haut !

Merci à tous les deux pour les photos ! J'étais tellement occupée à filmer que je n'en ai pas prise une seule !

Merci à tous les deux pour les photos ! J’étais tellement occupée à filmer que je n’en ai pas prise une seule !

Et nous montions, voyant toute la Cappadoce s’étaler sous notre panier, les vallées rose et rouge, la vallée de l’amour, puis nous redescendions, zigzagant entre les cheminées de fées de la vallée des pigeons, si près que j’aurais pu les toucher.

Il me semblait impossible qu’une heure complète se soit écoulée quand le pilote nous demanda soudainement de nous mettre en position d’atterrissage. Je m’accroupis au fond du panier, m’accrochant aux poignées et serrant les dents, prête pour l’impact. Quelques secondes plus tard, tout le monde se releva et je les imitai, jetant un œil incrédule de l’autre côté du panier. Nous avions atterri sans même que je m’en aperçoive.

De retour à l’hôtel, je n’arrivais pas à croire que j’avais vraiment volé au-dessus de la Cappadoce. Le souvenir se transformait déjà en rêve.

Pour ton Pinterest !

Pour ton Pinterest !


En Cappadoce, j’ai dormi à Gorëme au Shoestring Cave House, un hôtel familial où on trouve un délicieux petit déjeuner et un lit en dortoir pour seulement 10€. J’ai volé avec Royal Balloon pour 150€ (réservé via l’hôtel), ce qui incluait un petit déjeuner avant le vol, puis champagne et biscuits après le vol. On nous a également offert une médaille, dont j’aurais franchement pu me passer, alors que les photos de nous prises avant le décollage nous étaient vendues pour 20 TL, ce que j’ai trouvé regrettable car je n’ai pas pu les acheter et maintenant qu’elles étaient imprimées elles allaient finir à la poubelle. Sinon, le vol en lui même était très satisfaisant et sécuritaire, je faisais complètement confiance au pilote.

1 commentaire sur Là-haut ! en Cappadoce

  1. Ah, c’est dommage qu’il faille se lever bien tôt pour ces vols en ballon, sans quoi je l’aurais bien fait. Quels merveilleux paysages que ceux de la Cappadoce!

Leave a reply