3 très bonnes raisons d’arrêter la viande tout de suite

Je ne vais pas te mentir, devenir végétarienne a été très facile pour moi, mais ce n’est pas forcément le cas pour tout le monde. Autant que je me souvienne, j’ai toujours trouvé ça mal de manger des animaux. Et, après des années à pleurer sur le jambon dans mon sandwich et le poulet-patates du dimanche, j’ai finalement arrêté complètement la viande à l’adolescence.

Pendant des années, quand quelqu’un me posait des questions sur mon alimentation, je répondais toujours « mais ne t’inquiètes pas, ça ne me dérange pas que toi tu manges de la viande, chacun fait comme il veut, c’est la chaine alimentaire après tout ». A cette époque, je ne connaissais personne d’autre comme moi, je n’avais jamais fait une recherche internet sur les conséquences de la consommation de viande, j’ignorais jusqu’à l’existence du tofu. J’écoutais juste mon instinct qui me disait que c’était mal. Je pensais qu’être végétarien était un choix purement éthique.

Comme j’avais tort.

J’ai beaucoup appris depuis, tellement appris que je suis en colère. En colère contre tous ceux qui ont le choix et qui continuent de manger de la viande. Mais je sais également que, tout comme moi adolescente et mon régime « éthique », la plupart des gens ne possèdent pas les mêmes informations que moi sur le sujet, tout simplement parce qu’ils ne savent pas qu’il y a quelque chose à chercher.

J’entends aussi beaucoup de gens essayer de « réduire ». Mais je ne pense pas que ce soit la bonne approche. Je pense que c’est comme une drogue, il faut tout arrêter et passer par la phase de sevrage avant de pouvoir en ressentir les effets bénéfiques. Et crois-moi, ils viendront. Essaye d’arrêter réellement la viande pendant juste deux semaines, et tu auras l’impression d’être quelqu’un d’autre, comme si tu flottais plutôt que d’être ancré au sol (c’est même pas une métaphore, ça te rend littéralement plus léger).

Donc il ne s’agit pas ici de te faire culpabiliser en exposant des photos d’animaux sur le point de se faire égorger. Il s’agit de te donner les informations dont tu as besoin. Il s’agit de te prouver qu’il faut arrêter la viande. Tout de suite.

1. Arrêter la viande parce que on est pas censés en manger.

Qu’est-ce qu’ils nous on appris à l’école ? Qu’on était des omnivores, comme les ours, qu’on mangeait de la viande et des végétaux. Je suis au regret de te dire que c’est un bon gros mensonge. Les humains sont 100% herbivores. Notre corps est construit comme les herbivores, notre salive est faite pour être utilisée sur des végétaux et, pardon pour les détails, la longueur de nos intestins est égale à 12 ou 13 fois notre buste, comme tous les herbivores.

Tu as déjà vu un lion avec des maladies cardiaques ou des problèmes de coagulation ? Non ? C’est parce qu’ils sont carnivores. La longueur de leurs intestins est égale à 5 ou 6 fois celle de leur buste, comme tous les carnivores, ours y compris, ce qui leur permet de digérer rapidement la viande pendant que nous, humains, laissons concrètement la viande s’avarier à l’intérieur de nous. Miam miam miam.

Un vrai carnivore.

De plus, je tiens à souligner que nous n’avons aucun instinct carnivore. Est-ce que tu es capable d’aller dehors, d’attraper quelque chose à mains nues et de le manger direct ? Si oui, s’il-te-plait prend une photo.

La vérité, c’est que la seule chose qui nous différencie des autres herbivores, c’est notre cerveau. Notre cerveau nous a permis de faire du feu et des armes pour pouvoir chasser et manger des animaux. Mais sans ça, qui aurait eu l’idée d’essayer d’attraper un mammouth à mains nues ?

Nous ne sommes pas censés manger de la viande. Sinon, je serais très très malade en ce moment, comme le serait un loup si on lui imposait un régime végétarien (enfin je suppose que le loup serait plutôt mort que malade après tant d’années).

2. Arrêter la viande parce que ça mettrait fin à la faim dans le monde.

Oui, tu as bien lu ! Laisse-moi t’expliquer :

Imagine que tu as 100 personnes qui vivent dans un village. Il y a un champ à côté du village qui produit 100 portions de céréales par jour (oui je sais c’est pas possible, mais c’est une métaphore là). Mais 90 de ces portions de céréales sont utilisées pour nourrir les 15 vaches qui vivent aussi près du village. Parce qu’il faut beaucoup plus de céréales pour nourrir une vache qu’un humain. Ceux qui peuvent se le permettre dans le village s’approprient les 10 portions de céréales restantes pendant que les 90 autres villageois ont faim. Tu es en train de penser : mais les vaches alors ? On pourrait les donner à manger à ceux qui ont faim, non ? Ben non malheureusement, parce qu’il y a seulement 15 vaches, et ça suffit juste pour 40 personnes par jour. Désolé les 50 villageois qui n’ont eu ni céréales ni vaches, que dire, c’est dur la vie.

Pour résumer et arrêter de parler de villages imaginaires, nous produisons assez de céréales dans le monde pour nourrir chaque personne sur terre. En donnant cette nourriture aux animaux, puis en mangeant ces animaux, nous nous contentons de filtrer notre nourriture, en en perdant la moitié dans le processus.

Si aujourd’hui, tout de suite, tout le monde arrêtait de manger de la viande, la faim dans le monde n’existerait plus. Incroyable, non ?

Tu te rends compte du pouvoir que tu as ?

En plus c’est bon.

3. Arrêter la viande parce que c’est mal.

Revenons à ce qui a été dit plus haut : « la seule chose qui nous différencie des autres herbivores, c’est notre cerveau ».

Il y a très longtemps, ce cerveau nous a permis de survivre, quand nous avions besoin d’apprendre à chasser pour continuer à exister. A travers les années, ce cerveau a fait des choses géniales et des choses horribles, mais il nous a également donné quelque chose que les animaux n’ont pas : une conscience. Le pouvoir de réfléchir et de savoir si ce que nous faisons est bien ou mal.

Ce cerveau nous a également donné le pouvoir d’empathie, mais j’ai dit que je n’allais pas donner de raison éthique, et je vais m’y tenir.

Ce que j’essaye de dire c’est que, maintenant que je t’ai donné ces informations, ne vois tu pas à quel point c’est absurde ? D’enfermer ces animaux comme des esclaves, de mettre en danger notre propre santé, de manger des bébés (veau, agneau, …), de distribuer toute notre nourriture d’humain aux animaux, quand on n’en a même pas besoin ?

Cette conscience que le cerveau nous a donné, elle a mis fin à l’esclavage, elle a mis fin à la ségrégation, elle repose derrière chaque prouesse individuelle, derrière chaque grand tournant de l’histoire.

Alors je sais que c’est bientôt la fin de cette industrie, de cette horreur absurde.

Toi, tu sais que c’est ridicule, tu sais que c’est mal, n’est-ce pas ?

Alors arrête.

3 very good reasons why you should stop eating meat pin fr

A lire ensuite : Les 5 meilleurs pays pour végétariens et végétaliens !

2 commentaires sur 3 très bonnes raisons d’arrêter la viande tout de suite

  1. Sympa comme article !

    J’adhère parfaitement aux deux premiers points, mais j’ai un peu plus de mal avec le dernier… Normal, c’est très “philosophique”, on pourrait en débattre des heures.
    Tu dis que le cerveau très développé de l’humain lui permet de “savoir si ce que nous faisons est bien ou mal”. (d’ailleurs pour moi, il s’agit déjà d’éthique, là). Mais la notion de bien et de mal n’est-elle pas une création de l’homme ? Qui aurait l’idée d’empêcher un guépard de manger un impala sous prétexte que “c’est mal” ? C’est dans sa nature, on peut pas lui en vouloir. (Mais manger de la viande n’est pas dans notre nature à nous, on est bien d’accord).
    Après, nous autres humains, on peut effectivement être affecté par la douleur qu’on inflige aux animaux. C’est l’empathie dont tu parlais. Et ce ressenti peut nous conduire à ne plus vouloir manger de la viande. C’est en tous cas comme ça que je vois les choses ; dire que c’est mal, c’est un jugement assez arrêté… je pense qu’il faut prendre en considération que tout le monde n’a pas la même capacité à compatir. Ça tient du vécu et du tempérament de chacun.

    Bref, j’aime bien discuter de ça. C’est un sujet très intéressant.

    Et à ce propos j’ai une question : comment gères-tu ton végétarisme du point de vue interculturel ? Je m’explique : mettons que je sois en.. Bosnie, par exemple, et que je me retrouve invité chez un habitant, qui m’offre un plat de viande à manger. Personnellement, non seulement je serais absolument incapable d’expliquer en bosnien ou en serbe que je suis végétarien, mais par respect pour mon hôte je n’oserais tout simplement pas aborder la question !

    Super blog en tous cas, que je découvre avec plaisir !

    • Effectivement la notion de bien/mal est discutable. Pour moi, c’est mal de tuer sans en avoir besoin. Le guépard à besoin de manger l’impala, et dans certains coins du globe ils ont également besoin de manger de la viande pour ne pas mourir eux mêmes (là où il n’y pas de légumes ou de céréales, dans les régions polaires par exemple). Mais nous, on en a pas besoin, donc c’est comme frapper quelqu’un sans que ce soit de la self defense, donc c’est mal (de mon point de vu, encore une fois).
      Dans ces situations j’explique que ça me rends malade. Au moins tout le monde peut comprendre ça. Mais effectivement je suis toujours très gênée par rapport à l’hôte, mais incapable malgré tout de manger un animal !
      Merci pour ce commentaire super intéressant Nathan 🙂

Leave a reply