Voyager sans appareil photo

Ne le prends pas personnellement cher lecteur, mais si tu n’étais pas là, je laisserais mon appareil photo à la maison. En fait, j’étais super décidée sur l’idée que je n’emmènerais plus jamais mon appareil photo en voyage il y a quelques mois, et puis juste après je me suis super décidée pour démarrer un blog, et puis je me suis rendue compte que les deux n’étaient pas vraiment compatibles.

Bien sûr, je suis humaine, j’aime regarder mes photos en rentrant chez moi, les montrer à ma famille et avoir un joli Instagram, mais j’avais la sensation que ces moments « hors-voyage » étaient un petit sacrifice à faire, comparés avec à quel point un appareil photo peut complètement changer l’expérience du voyage.

vik beach photography

Je vois l’appareil photo pour ce qu’il est : un filtre, un verre courbe. Il déforme les choses.

Il déforme deux choses en fait : le PRESENT et le SOUVENIR.

LE PRESENT

J’ai vu plein de gens différents. Ceux qui se baladent lentement sur la plage puis s’assoient pour prendre une photo de leurs pieds dans le sable et ceux qui commencent à déplier leurs trépieds avant même d’avoir regardé autour d’eux. Ceux qui prennent des photos avec leurs ipads, et ceux qui se précipitent devant l’objectif après avoir lancé le timer.

La façon dont tu prends une photo n’a pas vraiment d’importance. Ce qui compte c’est ton attitude par rapport au paysage en face de toi. Une photo n’est pas un endroit. Une photo c’est juste de la couleur. On n’y voit pas les odeurs, les bruits, ou les sensations. Je pourrais prendre une photo d’une petite ruelle déserte, alors que je suis moi même au milieu d’une foule qui me bouscule, assourdie par le bruit des klaxons. Quand je repense à des endroits qui m’ont marqués, je pense à beaucoup plus de choses que ce que je percevais simplement avec mes yeux.

Ce que j’essaye de dire c’est que : une photo n’immortalise pas vraiment le panorama, et encore moins l’expérience. Le moment est bref, éphémère. Même si tu reviens exactement au même endroit plus tard, les choses ne seront pas les mêmes. Tu seras peut être avec quelqu’un d’autre, il fera peut être plus froid, peut être que ce sera une différente saison, ou simplement que tu seras dans un état d’esprit différent.

begijnhof statue

LE SOUVENIR

Donc, plutôt que d’essayer d’imprimer l’endroit dans ton appareil photo, ce qui est impossible, essaie de l’imprimer dans ta tête. Regarde, sois silencieux et attentif, essaie d’immortaliser la sensation de ce moment.

Par exemple regarde moi là :

hiking turkey cappadocia

J’essayais d’être une bonne blogueuse et de prendre une photo avec moi dedans. J’ai posé ma Gopro sur un rocher au milieu de ma randonnée et je me suis éloignée en la laissant prendre une série de photos en rafale. Je me rappelle d’avoir installé la caméra et visualisé ce que la photo allait donner. Avant, je me rappelle d’avoir cherché un moment avant de trouver un rocher assez plat pour poser mon appareil. Et puis voilà.

J’étais concentrée sur la photo. Par contre, regarde celle là :

vik beach moon color light

Cette photo n’est pas terrible à mon avis. Vraiment. Parce que je suis restée sur cette plage un long moment, à imprimer cet endroit magnifique dans ma mémoire, et la réalité d’être là est cent fois supérieure à cette photo. Je ne vois pas tout le panorama sur cette photo, je n’entends pas le bruit des vagues, je ne sens pas leur force énorme quand elles s’écrasaient sur la plage, je ne vois pas l’écume qui avance à toute vitesse sur le sable noir, je ne suis pas en train de grelotter à cause du vent glacé, je ne ressens pas cette admiration profonde, je ne suis pas consciente des gens autour de moi.

Quand je repense aux expériences les plus dingues que j’ai eu en voyage, je me rends compte que je n’ai pas une seule photo de ces moments. J’étais beaucoup trop dans l’action et dans le présent pour me rappeler de sortir mon appareil de mon sac à dos ! Et pourtant, je ne risque pas d’oublier un jour ces moments où je me suis perdue, où j’avais peur, où j’étais extrêmement heureuse ou où j’ai trouvé quelqu’un à qui j’aimais vraiment parler !

Comme l’a dit un homme très intelligent (et pas du tout un personnage dans une série TV) :

« L’objectif de l’existence est l’accumulation de souvenirs. A la fin c’est tout ce qu’il nous reste. »

Emmène ton appareil photo, ou pas. Mais rappelle toi de vivre le moment d’abord, avant de te mettre à chercher l’angle idéal.

the camera conundrum pin fr

15 commentaires sur Voyager sans appareil photo

  1. Comme ce moment dans la vie rêvée de Walter Mitty où le personnage joué par Sean Penn, photographe vétéran et aguerri, décide de laisser filer le tigre blanc qu’il traque depuis plusieurs jours sans « figer » ce moment sur la peliculle… Comme il le dit si justement: « If I like a moment, I mean me. Personnally. I don’t like to have the distraction of the camera. »

    -> https://www.youtube.com/watch?v=JfjkiTB1fHQ

  2. J’ai vécu cette expérience car je suis partie ET sans appareil photo, ET avec un vieux téléphone pourri.
    Je n’étais pas frustrée car perdue où j’étais je ne captais le wi fi que très rarement donc j’ai vécu tous ces moments magiques pour moi et juste pour moi, pas pour les autres.
    De fait, lorsque j’avais l’occasion de partager en ligne ce que j’avais vu, je le faisais par un récit. J’y décrivait tout. Les paysages, les couleurs, les odeurs, les sensations. Mes lecteurs étaient comme des fous, à me réclamer avec insistance des photos tant ça leur semblaient génialissime cet endroit.
    C’était encore plus agréable de pouvoir transmettre ça qu’un rapide like sur une succession de clichés.
    De temps en temps, je photographiais une scène pleine de sens avec mon téléphone 3 pixels, pour illustrer mes récits. Ce qui provoquait l’effervescence. Un simple cliché très bas de gamme devenait plus expressif que n’importe quelle magnifique photo qui ne reflète de toute façons qu’1/4 de la beauté réelle d’un lieu.
    Je valide l’expérience, et la recommande.

  3. En fait, j’ai l’expérience un peu inverse.
    Pendant longtemps j’étais exactement comme toi et je ne faisais même quasiment aucune photo en voyage. Parce que je trouvais que me mettre derrière l’objectif c’était me couper de l’expérience. De plus je trouvais plat de regarder les photos plus tard sans raison et ça ne m’intéressait pas.
    J’ai commencé à faire des photos pour mon blog et aussi pour me motiver à aller marcher le matin pour une remise en forme. Et en fait si je suis toujours du même avis sur l’expérience ou sur l’ambiance générale, devoir trouver la photo du matin ou sur le thème dont j’ai besoin pour mon blog, cela m’a encore plus permis de m’ancrer dans ce que j’étais en train de vivre. En revanche je prends des photos à des moments très précis et en dehors de ces moments, plus du tout.

    • On dirait que tu as trouvé un bon entre deux. Après tout prendre des photos c’est super agréable aussi, tant que ça ne remplace pas l’expérience !

  4. Je suis bien d’accord ! J’ai d’ailleurs plein d’aventures à écrire sans avoir de photos pour illustrer. Et c’est pour ça que j’ai fait appel à ma copine Laéla qui a promis de faire des illustrations là où je ‘ai pas de photos, car c’est dur de maintenir un blog sans visuel…
    Ceci dit, j’ai commencé à prendre des photos depuis la création du blog. Un peu trop à mon goût en fait. Exactement comme tu le dis, je n’ai pas toujours profité du panorama et du moment lorsque j’étais au Brésil, par exemple.
    Et j’aime pas la voyageuse que je deviens à cause du blog.
    J’ai donc décidé de revenir à la vraie Laura Gondin, sans appareil photo. J’ai beaucoup moins fait de shootings en Australie 😉
    Allez, tchô !

    • Et oui c’est difficile de concilier les deux, mais je me dit toujours qu’il ne faut pas oublier que le voyage est plus important que le blog ! 🙂

  5. La photo est aussi un art, elle peut être une passion et peut aussi être une part entière du voyage. Trop de gens confondent réalité et photo avec son éternel et stérile débat corolaire retouche/pas retouche. Une photo n’est au final que la vision d’un photographe a un instant donné, elle transmet une vision des choses, des émotions, parfois très différente de la réalité du lieu ou se trouve le photographe.
    Voyager et faire de la photo c’est finalement parfois choisir de vivre un instant qu’il sera difficile voir impossible de transmettre par la photo (et donc ne pas prendre de photos a cet instant) et prendre le temps de la composition d’une photo a un autre instant.

  6. Alors je suis complètement d’accord avec toi sur le fait de VIVRE le moment : souvent je suis agacée par les « touristes » (dans le sens péjoratif du terme) qui visitent une ville en quelques heures et accumulent juste des photos : Tour Eiffel, check, Arc de Triomphe, check, La Joconde, check, Champs Elysées check. Ils ont les images mais pas vraiment les souvenirs.

    En revanche quid des photographes ? (toi aussi place un mot en latin dans ta phrase) : au-delà de garder une « preuve » qu’on a vu telle plage, ça peut être un plaisir de passer de longues minutes à essayer de capturer au mieux un instant, une lumière, une vague… certaines photos racontent beaucoup d’histoires (même si parfois, le ressenti diffère selon les personnes : certains seront plus touchés par une photo que d’autres !)

    En ce qui me concerne je n’ai pas attendu d’avoir un blog pour prendre des photos. Je ne suis pas photographe pro, je pense que ça se voit (lol) mais j’aime bien, j’aime prendre des instants, des souvenirs, cela va de paire avec les mots que je pose dans mon journal, qui décrivent eux aussi des souvenirs et des sensations, et ce qui se passait dans ma tête à ce moment là (genre le gros coup de mou en Nouvelle Calédonie, oui oui ça arrive même au paradis ahaha).

    Bref toute cette dissertation pour dire que non, je ne voyagerai pas sans appareil photo, mais oui, j’ai quand même l’impression de profiter 🙂 et pour rebondir sur ce que disait Laura dans un commentaire, il ne faut pas non plus devenir esclave de son blog 😉

  7. Je suis mille fois d’accord avec toi, mais en même temps je suis plus partagée 🙂 Il y a beaucoup d’endroits dont j’ai du mal à me souvenir clairement, parceque souvent le lieu est beau mais ne m’a pas chamboulée (ça arrive souvent en soit, on vit de beaux moment mais tous ne te marquent pas au fer rouge) et que j’aime avoir une photo pour me replonger dans l’univers où elle a été prise ! Au plaisir 🙂

  8. C’est sûr : le présent, le souvenir … rien de plus important, et nombre de gens effectivement oublient l’expérience en espérant, en croyant pouvoir l’immortaliser avec une photo, alors que c’est par définition impossible. La photo ne peut donc remplacer l’expérience ! Mais est-ce vraiment là l’intérêt, l’essence de la photographie ? La photographie ne serait-elle qu’un vulgaire souvenir ? Bien que la réflexion soit dans le fond très intéressante, et à mettre en perspective avec la culture du « moi » dans nos sociétés, il faut bien dire que ton argumentaire est uniquement basée sur une conception réductrice de la photographie 🙂 Il est clair que quand on fait de la photo, on ne fait pas autre chose. Et donc : qu’en serait-il du peintre qui se mettrait à dessiner ce qu’il voit sous ses yeux ? N’est-ce pas une expérience en soi ? Vivre l’expérience, et pratiquer la photo, sont deux choses différentes qui ne devraient pas être mises sur le même plan. Bon là, on fait un peu semblant de ne pas comprendre, mais en fait, ce n’est pas l’appareil photo le problème, c’est ce que les gens en font !

    • Tout à fait d’accord avec toi. Prendre des photos peut être un réel art et un réel plaisir, mais j’essayais ici d’encourager à profiter de l’expérience avant de penser à l’immortaliser ! D’ailleurs, un peintre passera plus de temps à regarder autour de lui qu’à vraiment peindre, afin de pouvoir s’imprégner de la scène 🙂

  9. A mon sens, le plus important est de savoir faire la part des choses (comme pour tout dans la vie en fait!). S’imprégner du moment et vivre pleinement son voyage est bien entendu le plus important, mais faire une photo réussie et parvenir à figer un beau moment est un plaisir lors de la prise de vue, mais aussi par la suite lorsqu’on les regarde plusieurs mois ou années après!

Leave a reply