Voyager, est-ce égoïste ?

Aujourd’hui c’est le 30 Novembre, c’est mon anniversaire, et je suis en Islande. Ca fait longtemps que je voulais y aller, bien que ce soit une destination très chère. J’ai tellement envie de voir l’Aurore Boréale, je suis prête à passer toutes mes nuits dehors à attendre jusqu’à ce que j’en vois une !

J’ai le sentiment que j’ai mérité ce voyage en Islande pour mon anniversaire. J’ai beaucoup travaillé, j’ai gagné l’argent qui me permet d’y aller, j’ai fait beaucoup de sacrifices pour avoir une vie de voyages. Et pourtant, ces derniers mois, alors que je profite de cette nouvelle liberté qui me permet de voyager quand je veux, une question me hante : Est-ce que c’est égoïste de voyager ?

Je vais quelque part parce que j’en ai envie, où j’aime avoir ce sentiment de liberté et d’indépendance. Manger, boire, prendre une pause, découvrir de nouvelles choses, rencontrer des gens, apprendre, … Toutes ces choses sont géniales, mais elles ne profitent qu’à moi.

Cet aspect du voyage ne m’a jamais gêné avant, quand je ne pouvais en profiter que pendant mes vacances, quand le voyage était une échappatoire à la vie de tous les jours. Après tout, les vacances sont faites pour être un peu égoïstes, pour prendre du temps pour soi. Mais maintenant que voyager est devenu un mode de vie, je suis obligée de me poser la question : est-ce que j’ai choisi un mode de vie égoïste ? Et j’aimerais bien pouvoir répondre : non.

Je veux vivre ma vie de façon à me rendre heureuse, bien sur, mais je veux aussi une vie qui profite aux autres. Je veux faire une différence (même une petite). J’aimerais penser que ce blog est déjà un petit pas pour encourager certains à voyager vert et à respecter la planète, mais j’en veux plus.

Je ne veux pas que mes voyages soient sans but, que leur seul objectif soit mon propre plaisir.

Alors, qu’est-ce qu’on peut faire pour faire compter nos voyages ?

Je ne suis pas encore sure d’avoir la réponse, mais je vais essayer quelque chose de nouveau dans les mois qui viennent, et peut-être qu’on pourrait essayer ça ensemble. A chaque fois que je vais quelque part, je vais me donner un objectif clair. Cet objectif ne doit pas forcément être quelque chose d’énorme, ou même de complètement désintéressé.

Par exemple, ici en Islande, mon objectif est de voir l’Aurore Boréale. C’est toujours égoïste, mais au moins j’aurai ce sentiment d’avoir réussi, d’avoir accompli ma mission, en rentrant chez moi.

J’ai déjà mentionné que je prévoyais un long voyage au Népal l’année prochaine, et je me suis donnée plusieurs objectifs pour ce voyage également : amener quelque chose de chez moi à donner, essayer le volontariat, participer à Holi.

Un autre objectif qui va s’étendre sur plusieurs voyages cette année : faire des treks longues distances de plus en plus longs, pour voir si mon genoux tient le coup. Parce que je n’ai pas envie de passer le reste de ma vie à éviter de marcher deux jours de suite juste parce que j’ai peur d’avoir encore mal (c’est un problème de naissance, même pas ma faute).

Autre chose que j’ai envie d’essayer : faire un voyage entier sans laisser aucune empreinte carbone (mon empreinte est déjà toute petite, mais la faire disparaître complètement demanderait encore plus d’efforts).

Peut-être que j’aurais dû appeler ce post : Il y a t-il un but au voyage ? à la place. Mais dans ce cas j’ai l’impression que les deux questions sont très liées.

C’est toi qui choisis tes objectifs, c’est donc toi qui choisis si ils sont égoïstes ou non. Je pense que le mieux est de mélanger les deux. Il y a des façons d’aider où qu’on aille, sans forcément faire du volontariat. Apprendre et partager est déjà une façon de contribuer aux bonheur des autres. Tu as peut-être également des talents particuliers que tu peux mettre à profit.

Je pense que ce qui est important c’est d’avoir ce sentiment d’accomplissement personnel en arrivant chez soi. Sinon, pourquoi en être parti ? A quoi ça servait tout ca ?

Bien sûr, le danger quand on se donne un objectif, c’est qu’on prend le risque d’échouer. On se met sur le chemin de la défaite. Je sais déjà que si je reviens d’Islande sans avoir vu une Aurore Boréale, je vais être vraiment déçue et triste. Mais, c’est la vie aussi, non ? Il faudra simplement que je retourne rapidement dans un pays nordique et que je réessaie. Et là, imagine quand je la verrais enfin !

Rien de tel que quelques obstacles sur la route pour rendre l’arrivée encore plus magique, n’est-ce pas ?

Alors, est-ce que c’est égoïste de voyager ? Oui. Mais on peut changer ça.

J’avais envie d’écrire cet article parce que c’est une question qui me gênait de plus en plus ces derniers mois. J’y pensais rarement pendant le voyage lui-même, mais ça me frappait toujours dès que j’arrivais chez moi. Cette absence de but, de finalité.

Qu’en penses tu ?

Leave a reply