Voyager au Népal après le tremblement de terre – Part 1 : Activités

Je me suis rendue au Népal un an après les tragiques tremblements de terre. Sur place, le constat est effarant : les touristes ont déserté le pays, alors que c’est, plus que jamais, le moment où les Népalais ont besoin de relancer l’économie touristique ! Certes, le pays a changé, tout comme la vie de nombreux habitants, mais le Népal, avec ses paysages magnifiques et ses sourires, est toujours là. Cet article est donc le premier d’une série de trois qui répond à la question : « Que faire au Népal après le tremblement de terre ? ». Ce premier article se concentre sur les activités, le deuxième sur la spiritualité, et le troisième sur la vie et la culture locale. On se donne rendez-vous à Katmandou ?


Le Népal ne manque pas d’attrait pour les aventuriers et les casse-cou ! La plupart des gens que j’ai croisé sur place avait prévu au moins un trek, à quoi venait souvent s’ajouter un tour de parapente ou un safari. La ville de Pokhara est au centre de la vie « aventurière » du pays, avec des rues entières d’agences proposant diverses activités.

Le lac de Pokhara.

Le lac de Pokhara.

Voilà donc un résumé de quelles activités (où ? combien ?) pratiquer au Népal !

TREK

C’est le grand classique. Venir au Népal sans faire un trek, c’est un peu comme aller en Italie sans manger de pizza. Les deux treks les plus connus sont l’Everest Base Camp et l’Annapurna Circuit. Moi et mon genoux en compote, on a opté pour un petit trek de trois jours à Panchase, mais je peux vous dire que j’étais bien jalouse d’entendre les récits émerveillés de ceux qui avaient pu s’enfoncer plus loin dans les montagnes !

Attention cependant, trekker au Népal n’a rien à voir avec une randonnée en Auvergne. C’est de la montagne, avec des sentiers raides, beaucoup de marches et pas de wifi. Il faut un minimum d’entrainement et une bonne forme physique pour s’engager dans un long trek, à quoi s’ajoute les dangers du mal d’altitude.

Est-ce qu’il est nécessaire de prendre un guide ? Ca dépend. Pas la peine de prendre un guide pour faire le circuit des Annapurnas en pleine saison. Par contre, si tu ne sais pas lire une carte, que tu fais un trek moins fréquenté, ou que tu marches seul, je recommande vivement de prendre un guide. Même moi pour un trek de trois jours, j’ai du céder et prendre un guide, et honnêtement sans lui je me serais complètement perdue.

Combien ça coute ? Dans les montagnes, tout coute plus cher. Le moindre Dal Bhat, la moindre bouteille d’eau (parfois même la douche ou le wifi) coutent le double de ce qu’on peut trouver à Katmandou. Il faut également prévoir de payer le TIMS (permis de trek) qui coute environ 2000 roupies par personne, et le droit d’entrée aux parcs nationaux (entre 2000 et 3000 roupies). Un guide coute environ 2000 roupies par jour, et un porteur environ 1000 roupies par jour. Si tu souhaites passer par une agence, n’hésite pas à faire le tour de toutes celles disponibles pour trouver le meilleur prix.

Attention à votre assurance ! Je ne vais pas vous refaire mon speech sur pourquoi il faut toujours prendre une assurance voyage, mais pour partir en trek il faut s’assurer qu’on a l’option « Assurance Montagne ». Sinon en cas d’hélicoptère de secours (c’est arrivé à au moins une personne que j’ai croisé, c’est plus courant qu’on ne le pense à cause des dégats du mal d’altitude) ou de descente anticipée, c’est pour votre poche !

Hiking Panchase.

Petite pause sur la route de Panchase.

Pour ceux qui ne se sentent pas de randonner en montagne, plein de mini treks relient les villages de la vallée de Katmandou. Les chemins sont faciles, relativement plats, et passent à travers les petits villages. Idéal pour aller à la rencontre des locaux !

Sur le trek Nagarkot - Changunarayan - Bhaktapur.

Sur le trek Nagarkot – Changunarayan – Bhaktapur.

Sur le trek Nagarkot - Changunarayan - Bhaktapur.

Sur le trek Nagarkot – Changunarayan – Bhaktapur.

PARAPENTE

Il parait que Pokhara est un des meilleurs endroits au monde pour faire son baptême de parapente, et c’est un business qui marche bien ! J’ai tenté l’expérience et j’ai tout raconté ici (il y a même une vidéo) !

Combien ça coute ? A partir de 5000 roupies, faites le tour des agences !

moi parapente-1

SAFARI

Les deux endroits les plus réputés pour les safaris au Népal sont le Parc National de Chitwan et le Parc National de Bardia. Bardia est moins fréquenté que Chitwan et contient plus ou moins les mêmes espèces animales, il est donc idéal pour sortir des sentiers battus !

Les safaris se font à pied, en jeep, en pirogue, ou à dos d’éléphant (mais ça c’est non, entendu ?). Pour ma part j’ai testé le safari à pied au Parc National de Chitwan et l’expérience m’a vraiment plu. J’ai même vu deux rhinocéros de très près !

J’ai raconté toute ma journée dans le Parc de Chitwan ici.

Est-ce qu’il est nécessaire de prendre un guide ? Ah ben oui. D’ailleurs il est même interdit d’entrer seul dans le parc de Chitwan. A moins que tu ne veuilles te faire dévorer par un tigre ?

Combien ça coute ? Je m’en suis sortie pour 2000 roupies par personne pour une journée, sans compter l’eau et la nourriture.

safari rhinos wildlife-2

RAFTING ET CANYONING

Le rafting et le canyoning sont aussi des activités très répandues et proposées par plein d’agences à Pokhara et Katmandou. Attention cependant, il est impossible de les pratiquer de juin à aout, pendant la saison des pluies.

Combien ça coute ? A partir de 5000 roupies la journée.

Partage sur Pinterest !

Partage sur Pinterest !

Leave a reply