Un week-end parfait pour petit budget à Göreme

Je vous ai dit que j’arrêtais les grandes villes. Si tu as lu ce post, alors tu sais à quel point ça serait hypocrite de ma part d’écrire Un week-end parfait pour petit budget à Istanbul. Mais rien n’oblige un week-end de voyage à se limiter aux capitales, et j’ai donc bien l’intention de continuer à écrire cette série, mais en proposant des destinations un peu plus à l’écart du sentier battu et, à mon avis, bien plus intéressantes.

La Cappadoce, en Turquie, est encore un endroit plutôt touristique, mais c’est une région tellement étendue qu’on ne s’y sent pas à l’étroit, même en haute saison. La plupart des personnes qui viennent en Cappadoce prévoient d’y faire le célèbre vol en montgolfière, ce qui est bien loin d’être une activité petit budget. Bien que j’ai effectivement choisi de dépenser (plus d’argent que jamais) sur cette activité, le reste de mon séjour dans cette région magnifique était également un plaisir. C’était même probablement la meilleure partie de mon séjour en Turquie, associant paysages magnifiques et sauvages, une culture intéressante et des locaux très sympathiques.

Voilà donc comment passer un week-end parfait pour petit budget à Göreme, le centre de la Cappadoce :

JOUR 1

Une fois que tu as posé tes valises, rends-toi directement au musée en plein air. Je te conseille d’y aller tôt pour éviter la foule. Si tu arrives à Göreme tard dans la matinée, attends l’heure du repas pour y aller, ça te garantira une visite plus tranquille. L’entrée coûte 20 TL pour l’ensemble du site.

Sur le chemin vers le musée en plein air (ou au retour), fais un petit arrêt au magasin de poterie. Tu peux y entrer pour admirer les œuvres ou regarder courir les chevaux dehors. Dans tous les cas, n’oublie pas de prendre une photo du célèbre arbre à vœu, un arbre recouvert avec le symbole de l’oeil qu’on retrouve partout en Turquie (au dessus des portes, dans les voitures, partout). C’est un symbole de chance, donc cet arbre doit être le porte bonheur ultime !

Pour ton repas, découvre la cuisine traditionnelle turque chez Fat Boy, un restaurant du centre, où tu trouveras une table et des plats généreux pour 15 TL. Tu peux aussi y tester le narguilé pour 20 TL, bien que je te conseille d’y aller plutôt le soir dans ce cas. Le narguilé n’est que du tabac, donc tu restes sobre, c’est juste plus approprié. Prépare-toi également à y passer au moins une heure, c’est comme ça que les turques le fument, quand tu crois qu’il n’y en a plus, il y en a encore.

Le ventre bien rempli, prends ton temps pour découvrir la petite ville et discuter avec les propriétaires des boutiques. Si tu es vraiment sympa et que tu hésites à acheter quelque chose, ils t’inviteront sûrement pour un verre de thé turque. Ne refuse pas, c’est vraiment impoli.

Si tu te sens toujours l’âme d’un aventurier l’après midi, tu peux aller chercher l’église cachée. Tout ce que je vais te dire, c’est qu’il faut aller dans la direction du musée en plein air et prendre la route qui monte indiquée par le panneau « Sakli Kilise » (non, j’ai pas dit Khaleesi, restons sérieux). Monte jusqu’en haut et continu sur le sentier. Une fois que tu es en haut avec la falaise sur ta droite, cherche pour quelques marches qui descendent à flanc de falaise.

Je ne veux pas en dire trop, l’idée est de la trouver soi-même. Par contre, pour une question de sécurité, emmène de bonnes chaussures, et prends également une lampe torche. C’était fermé quand je l’ai trouvée, apparemment ils ne l’ouvrent que très rarement, mais on peut quand même voir les peintures à travers les barreaux si on emmène de la lumière. A la petite boutique au pied de la route qui monte, on m’a dit que la plupart des gens qui partent la chercher reviennent les mains vides, donc tu peux imaginer à quel point j’étais fière de l’avoir trouvée (moi, particulièrement moi!) !

Vers six heures, selon la saison, marche jusqu’au point de vue (sur la droite quand on va vers le musée en plein air, demande à n’importe qui pour le « sunset point ») et admire les couleurs sur les vallées.

Après le spectacle, redécouvre la ville de nuit. Comme il y a beaucoup de restaurants, il y a souvent de la musique live. Quand tu as faim, suis le canal sec dans la direction opposée. Au bout de la rue de boutiques, deux femmes sont assises par terre à faire des gozlemes traditionnelles. C’est 10 TL le plat et elles sont adorables.

Comme d’habitude, je t’encourage à utiliser Couchsurfing ou Airbnb, dans la mesure où loger chez les locaux est la solution la meilleure, la moins chère et la plus écologique. Mais si tu n’as trouvé personne pour t’héberger, j’ai beaucoup apprécié le Shoestring Cave House, un hôtel géré par une famille locale où on peut également trouver un lit dans le dortoir pour 10€ (avec un délicieux petit déjeuner inclus).

hostel cave

JOUR 2

A toi de voir si tu veux te réveiller avant le soleil pour admirer la montée des ballons. Je n’ai pas eu le courage, mais je suis sure que ça vaut le coup d’oeil !

Après un bon petit déjeuner, c’est le moment d’enfiler ses chaussures de randonnées. Marche le long du canal sec vers le musée en plein air, mais tourne à gauche au niveau des distributeurs. Continue tout droit en passant devant le magasin de location de vélo et tu tomberas rapidement sur un gros indicateur en pierre avec une carte qui te montre le chemin. En les suivant, tu traverseras la Vallée aux Pigeons jusqu’à Uçhisar. C’est juste une heure de marche et c’est très facile (j’ai même vu une famille avec de jeunes enfants sur le chemin).

Je ne sais pas si cette information va être utile pendant longtemps, mais quand je suis passé par là un des indicateurs en pierre était cassé, pile sur une bifurcation. Il faut prendre à DROITE (mais devine quel chemin j’ai testé en premier ?).

Dix minutes avant d’arriver à Uçhisar, tu verras une petite ferme/café perdue dans la vallée. C’est un endroit très calme tenu par un vieil homme très sympathique. Il m’a montré des photos de la Cappadoce sous la neige et toute son électricité provient d’un panneau solaire, plutôt cool, non ? C’est donc le parfait endroit pour faire une petite pause et prendre un verre de Thé Turque sur le chemin.

Une fois arrivé à Uçhisar, continue à marcher jusqu’en haut de la ville et prends un ticket pour le « château » (6,25 TL, possibilité d’avoir une réduction avec une carte étudiante). Après avoir monté une centaine de marches, tu arriveras en haut de cette formation rocheuse qui domine toute la Cappadoce, et tu pourras profiter d’une vue à 360° sur ce paysage étrange et lunaire. Je vais même te dire un petit secret : ils ont la même vue depuis le ballon.

Prends ton temps avec cette vue puis redescends pour découvrir le village d’Uçhisar. C’était complètement vide quand j’y étais, mais au vu du nombre de boutiques, je pense que ça doit parfois être rempli de touristes. C’est une belle ville, avec des rues pavées et de beaux aperçus des vallées. Quand tu as faim, goute une pide traditionnelle à Sakir’in Yeri (10 TL environ).

Pour revenir à Göreme, tu as le choix : revenir par le même chemin qu’à l’aller ou prendre la Vallée de l’Amour (tu comprendras le nom une fois sur place). La Vallée de l’Amour est un peu plus longue que la Vallée des Pigeons, mais encore plus facile. Le chemin te ramènera à Göreme au niveau du musée en plein air.

Et voilà, un week-end parfait pour petit budget dans une petite ville, le premier d’une longue série ! J’espère que tu profiteras bien de cette région, je pense encore à la Cappadoce comme à un morceau de paradis.

DCIM100GOPRO

N’oublie pas de me dire si tu essayes un de mes week-ends parfaits pour petit budget, je suis curieuse !


Ce post contient des liens affiliés, si tu achètes des produits en passant par ces liens, je gagne une petite commission sans frais supplémentaires pour toi. Je tiens à préciser que je ne recommande que des produits que j’utilise et que j’apprécie.

Leave a reply