A quoi ça sert de planifier sa vie ?

Quand on me demande ce que je fais « dans la vie » et que j’essaye tant bien que mal d’expliquer ma situation actuelle, on m’interrompt souvent pour me demander : « Mais qu’est-ce que tu vas faire après ? », « Qu’est-ce que tu veux faire en vrai ? », « Quels sont tes projets ? ». Les questions sur mon futur sont dans toutes les bouches, comme si c’était complètement impensable que je n’ai pas déjà planifié toute ma vie. Si tu lis ces mots, c’est peut-être ton cas également.

Il est vrai qu’on nous demande, dès un très jeune âge, de choisir une carrière, puis une ville, puis un partenaire, puis des idées et des hobbies, et de nous y tenir aussi longtemps que possible. La plupart de mes amis dans la vingtaine sont complètement capables de me dérouler le grand plan de leur vie. Ils vont faire telles études, déménager à tel endroit, commencer à faire des économies pour la retraite, débuter dans telle carrière, et devraient, deux ou trois ans plus tard, être capable d’acheter une maison, de préférence dans tel quartier.

Je peux comprendre cette envie de voir le futur, je l’ai fait aussi, jusqu’à ce que je me rende compte de ce qui aurait du être une évidence depuis le départ : ce n’est pas possible.

hotel moi view

On ne peut pas connaître le futur ! Ces plans sont des plans fantômes, complètement illusoires. Il est impossible de prévoir ce qu’il va se passer. Aujourd’hui, peut-être, un homme qui s’engage dans une carrière dans la maçonnerie va avoir un accident et se retrouver en fauteuil roulant. Une étudiante va gagner au loto. Quelqu’un va devoir partir en Turquie pour suivre l’amour de sa vie. Une femme va recevoir une offre de boulot complètement inattendue. Ou, moins dramatiquement : une envie de changer de carrière, une nouvelle passion, une envie de changer de ville ou de pays, la découverte de la spiritualité, de nouvelles connaissances, …

Aujourd’hui même, je pourrais tout aussi bien perdre la vue qu’avoir une idée qui me lancera corps et âme dans un nouveau projet pendant deux ans. Tu vois où je veux en venir ?

On ne peux pas prévoir l’avenir.

Photo credit : Billy Young.

Photo credit : Billy Young.

Alors, tu penses peut-être que, malgré la nature incertaine de ces plans, c’est quand même réconfortant de pouvoir s’imaginer où on en sera dans cinq ans. Mais bien au contraire : plus on visualise ce futur illusoire, plus on s’enferme et on se persuade que ce futur imaginé doit se réaliser. Cette pression immense que l’on se met à soi-même peut se transformer en dépression, en sentiment de défaite, d’échec, de honte. Je voulais devenir un musicien célèbre mais je n’ai plus cette ambition. Je voulais que mon marriage marche mais il s’écroule devant moi. Je voulais voyager pendant un an sans m’arrêter mais je veux rentrer à la maison. Je voulais apprendre l’espagnol mais je n’y arrive pas.

Si l’on accepte qu’il ne sert à rien de planifier sa vie, et que tout est impermanent, pourquoi se sentir en échec quand on fait face à un changement de coeur ou d’ambition ? Quel est le problème avec un changement de carrière ou un nouvel objectif ?

C’est peut-être effrayant de réaliser que l’on vit en chute libre ainsi, mais on peut transformer cette peur en adrenaline.

Tout est possible, toutes les portes sont ouvertes, est-ce que ce n’est pas un sentiment exaltant ?

“On prend la route et si on ne regarde pas où on met les pieds on ne sait pas jusqu'où cela peut nous mener.” - Tolkien

“On prend la route et si on ne regarde pas où l’on met les pieds on ne sait pas jusqu’où cela peut nous mener.” – Tolkien

S’envelopper dans un sentiment de sécurité fantôme c’est vivre sa vie en ne pensant qu’à la destination plutôt qu’au voyage. Plutôt que de s’inquiéter pour le futur, pourquoi ne pas vivre dans l’instant ? Pourquoi ne pas suivre ses envies et ses passions ? Pourquoi ne pas aimer la vie qu’on a plutôt que celle que l’on imagine ?

Voilà ma très très longue réponse à la question : « Mais qu’est-ce que tu vas faire de ta vie ? »

Pour résumer : « Je ne sais pas, mais j’ai confiance que ça sera un très beau voyage. »

Pour ton Pinterest !

Pour ton Pinterest !

4 commentaires sur A quoi ça sert de planifier sa vie ?

  1. Bonjour !
    Merci pour cet article tout simplement, il est très bien écrit. Tes mots me font écho à ce moment particulier de ma vie, et cela me fait du bien de savoir que je ne suis pas seule à penser ainsi.. C’est rassurant. Accepter qu’on n’a pas de plan, qu’on ne sait pas exactement où l’on va, précisément parce qu’on a envie de plus, de mieux, d’utiliser le temps qui nous est imparti pour trouver un peu de bonheur : que la vie en vaille le coup quoi !
    Sois heureuse, et compte en kilomètres 🙂

    Elise.

Leave a reply