Les transports en Inde

Un jour, une Indienne m’a dit, en parlant du système de bus : « Même nous, on ne comprend pas la logique ». Je pensais qu’elle exagérait, maintenant je comprends mieux. Après avoir passé un mois dans les transports en Inde, je me suis dit que ça aurait été sympa d’avoir compris le système avant. En tout cas, ça m’aurait fait économiser pas mal de temps ! Voilà donc un petit guide des différents systèmes de transport en Inde !

LE TRAIN

Le train est à mon sens la solution la plus pratique et la moins chère pour relier une grande ville à une autre. L’Inde possède un énorme réseau ferroviaire, mais ses train ne sont pas bien rapides, y compris les soit disant « express ». La plupart des trains sont des sleepers, ce dont tu auras bien besoin pour couvrir les longues distances du pays (et économiser une nuit d’hotel au passage) ! D’ailleurs, ne t’étonne pas si les trains sont systématiquement en retard, ça ne surprendra personne d’autre que toi. Tous les horaires sont consultables sur erail.in

Les classes

Il y a quatre classes. Les trois premières sont climatisées et de différents degrés de confort. La quatrième (SL) n’est pas climatisée, il y a huit couchettes par wagon, et le wagon lui même est ouvert à tous les vents. Si on n’a pas de chance, petite odeur de toilette en prime, ou Indien qui fume son cigare par la porte ouverte.

Quand et comment réserver ? 

On réserve à la gare. Un petit papier en libre service est à remplir avant d’atteindre la réception. Le temps d’attente peut être très long, donc si tu as déjà prévu ton itinéraire à l’heure près, autant réserver tous les tickets d’un coup ! Pour ma part, je réservais deux ou trois jours avant le trajet et je n’ai jamais eu de problèmes. Il est aussi possible de réserver dans la plupart des hotels et des agences, mais ils prendront une petite commission.

Pendant la haute saison touristique, mieux vaut s’y prendre bien à l’avance, surtout si on voyage à plusieurs. Dans ce cas là, tu peux essayer de réserver depuis l’étranger avec Cleartrip.

Waiting list

Il est possible de se retrouver en Waiting List s’il n’y a plus de places dans le train. On ne te le signalera pas forcément, mais sur le billet il y aura indiqué WL/39 (tu es donc 39éme dans la liste d’attente). Tu peux suivre l’évolution de la liste d’attente sur indianrail.gov.in ou tout simplement te présenter à la réception le jour du trajet. Attention ! Tu as quand même le droit de monter dans le train si tu restes en liste d’attente, tu as payé ton billet après tout ! Le problème, c’est que tu n’auras pas de place attitrée, et que tu resteras donc dans le sas entre deux wagons.

Conseils de sécurité

Je déconseille formellement aux filles seules de rester dans ce fameux sas entre deux wagons. En journée, ils peuvent être bourrés de monde, et on m’a raconté des histoires de mains vraiment très baladeuses dans cette situation. Pour la classe, j’ai systématiquement pris la moins chère, et je n’ai jamais été en danger. Pour les filles, demandez plutôt une couchette en haut pour être sure que personne ne viendra vous embêter. Pour tout le monde, gardez votre sac à dos et toutes vos affaires sur la couchette avec vous.

Pixabay

Pixabay

LE BUS

Comment décrire le bus Indien ? Imagine que tu es un petit pois dans une boîte de conserve et que quelqu’un secoue la boîte. Voilà. Ah oui, et aussi il fait 40 degrés, les petits pois parlent super fort en hindi et il y a les mêmes morceaux de musiques qui passent en boucle pendant des heures.

Bon, je peins peut-être un tableau horrible (quoi que, c’est bon les petits pois …), mais en fait je recommande fortement à tous de tester au moins une fois un trajet dans un bus locale. Je crois que c’est là que j’ai compris l’âme de l’Inde. Mon sac à dos sur les genoux pendant six heures, à transpirer comme pas possible, serrée contre trois autres Indiens sur un banc deux places, avec le bus qui s’arrête toutes les cinq minutes, un brouhaha pas possible, et à chaque arrêt les vendeurs d’eau et de nourriture qui se pressent aux fenêtres en criant. C’est dans les bus que j’ai le plus parlé avec les locaux, on a partagé de la nourriture, ils m’ont raconté leurs vies et expliqué l’Inde. C’était top. En plus, c’est vraiment bon marché !

Je te conseille de te précipiter sur une place près de la fenêtre, sur les bancs les plus longs, vers l’avant du bus, mais pas complètement devant. Ensuite, ne bouge plus de ta place pendant tout le trajet.

Quand et comment réserver ?

Je n’ai jamais réservé mes trajets de bus. J’arrivais juste à la station, et demandais à deux trois personnes jusqu’à trouver le bon. Pour les longs trajets, on va parfois te demander d’acheter un billet au stand. Pour les courts trajets, il suffit de s’asseoir dans le bus et d’attendre le contrôleur. N’hésite pas à demander plusieurs fois (à quelqu’un d’autre que le chauffeur) si c’est bien un bus « direct » vers ta destination. Ils disent parfois que c’est le bon bus alors qu’il faut faire des changements.

Comme pour les trains, il est aussi possible de réserver dans la plupart des hotels et des agences, mais ils prendront une petite commission.

Les « tourist bus »

Si tu ne te sens vraiment pas de prendre le bus local (qu’on appelle les bus gouvernementaux), il est toujours possible de prendre un bus privé (les fameux « tourist bus »). Ces bus ont la clim, une personne par siège, et s’arrêtent moins souvent. Il sont aussi carrément plus chers.

Les bus sleeper

J’ai testé le bus sleeper de nuit une seule fois, et je ne le recommande pas. Je me suis retrouvée dans un espace type sarcophage où je ne pouvais même pas étendre les jambes complètement et encore moins m’assoir. A chaque fois que le bus démarrait, s’arrêtait ou changeait de vitesse, ma tête était propulsée contre le mur. En plus de ça, le klaxon « mélodieux » du bus résonnait dans mes oreilles toutes les trois secondes. Pour dormir, il vaut vraiment mieux prendre le train !

Le bus complètement bondé.

Le bus complètement bondé en allant à Pushkar.

AUTO-RICKSHAW

Les rickshaws, aussi appelés tuk-tuk, sont vraiment l’emblème de l’Inde. Difficile de faire trois pas dans la rue sans se faire proposer un rickshaw. Il ne faut pas hésiter à négocier sévère ou à changer complètement de conducteur s’il le faut. Parce que j’étais clairement une touriste, on me proposait des prix complètement ridicules. Il ne faut pas mal le prendre, mais simplement insister (avec le sourire) jusqu’à obtenir le bon prix. J’ai vite pris l’habitude de demander aux locaux ou à la réception de l’hotel le prix normal des trajets, pour savoir sur quoi me baser.

Conseils de sécurité

Les conducteurs des rickshaws ont souvent des accords avec les hotels. S’ils amènent le client, ils perçoivent une commission. Ce n’est pas un problème en soit, sauf quand ils essayent de t’y emmener contre ton gré. Encore une fois, sois ferme.

Dans tous les cas, bien définir le prix avant ! S’ils essayent de te faire faire le tour de la ville plutôt que de t’emmener directement à ta destination, indique leur bien que ça ne changera pas le prix.

Attention également à ne pas attacher ton sac à dos à l’arrière, mais bien à le garder fermement sur tes genoux !

Pixabay

Pixabay

VELO-RICKSHAW

Le rickshaw non motorisé tiré par un vélo est le transport le moins cher que tu peux trouver en Inde. Bien sur, c’est également le moins efficace et le plus lent, mais pour les petits trajets ça peut valoir le coup !

Conseils de sécurité

Mêmes conseils que pour l’auto rickshaw ! De plus, même si c’est assez irritant parfois de devoir négocier constamment et d’être toujours sur ses gardes pour la prochaine arnaque, n’oubliez pas de sourire et de rester détendu. Négocier sans le sourire, ça ne marche pas du tout ! J’ai perdu patience une fois avec un conducteur de rickshaw, et je l’ai bien regretté.

Pixabay

Pixabay

VOITURE

Location de voiture

Non. Ne fait pas ça.

Sérieusement, la conduite en Inde n’est pas pour les débutants, c’est méga dangereux. Lors de mon tout premier trajet en bus, j’ai vraiment cru qu’on allait y passer. Si tu veux absolument te véhiculer par tes propres moyens, prends une moto et attends d’être sorti des grandes villes.

Voiture avec chauffeur

La plupart des voitures sont d’ailleurs louées avec chauffeur. Ca peut être une solution économique si tu veux voir beaucoup de choses en très peu de temps ! Par contre, je trouve ça un peu dommage de s’isoler de la vie locale ainsi, car être en voiture va te priver de toutes les discussions qu’on peut avoir dans le bus ou sur le quai de la gare !

Attention ! La plaque d’immatriculation doit être écrite en noir sur fond jaune, sinon ce n’est pas une voiture agrée et l’agence est en train de t’entourlouper !

Je te souhaite bonne chance dans l’anarchie totale et heureuse qu’est le système des transports en Inde, et j’espère que ce guide t’aura été utile !

Partage sur Pinterest !

Partage sur Pinterest !

1 commentaire sur Les transports en Inde

  1. Ahahaha, la conduite en Inde, jamais je n’ai tenté! Quant à la négociation, oui, c’est vrai, il faut s’accrocher… et toujours sourire sinon c’est mort! Un truc que je faisais au bout d’un moment c’est que je disais au gars « nan nan ça c’est le prix pour les touristes, je veux le vrai prix ! » et parfois ça marchait (même si je suis loin de ressembler à une locale mdr)
    Ah, l’Inde… que de souvenirs !

Leave a reply