Islande côte sud : un road trip en 4 jours

Il faut être raisonnable : en Islande, en hiver, il n’y a qu’une seule façon de voyager, c’est en voiture. Les bus fonctionnent, certes, et c’est un pays où le stop fonctionne très bien. Mais je pense que je serais morte si j’avais passé une demi-heure à attendre dehors dans la neige, comme ça risque d’arriver souvent si l’on choisit ces modes de transport. Avec une voiture, tu peux y retourner en courant quand tu as la sensation que tes doigts se détachent, et c’est donc une nécessité, plus qu’un confort.

Jette aussi un oeil à ma série photo sur ce road trip ici !

Jette aussi un oeil à ma série photo sur ce road trip ici !

Ce road trip, qui démarre et finit à Reykjavik et suit la route 1 le long de la côte sud de l’Islande, peut être fait peu importe la saison et le véhicule. Car en Islande, certaines routes ne sont praticables que par des jeeps, et d’autres sont même interdites aux voitures de location (les F-roads). En plus, il faut aussi compter sur le fait qu’un conducteur raisonnable refusera de s’engager sur certaines routes mal dégagées. Dans tous les cas, ce road trip est fait pour tout le monde et dans tous les climats, tadaa !

JOUR 1 – DE REYKJAVIK A SELFOSS

Voilà la carte Google Map du jour 1

Démarrer à Reykjavik permet de commencer par le fameux Cercle d’Or (Golden Circle). Il suffit de suivre les bus touristiques, impossible de se perdre.

Thingvellir est un parc national qui offre une vue magnifique sur un énorme lac. Il est possible de s’arrêter un peu n’importe où pour profiter du paysage, mais il y a un arrêt officiel qui signale le départ de plusieurs sentiers de randonnées (encore une fois facile à repérer, c’est là que s’arrêtent les bus). En été, ça vaudrait le coup de passer au moins une journée entière à Thingvellir si tu es amateur de randos.

snow lake church

Photo credit : Billy Young.

Photo credit : Billy Young.

Plus loin, Geysir est une zone géothermique pleine de mini geysers et de ruisseaux qui bouillent. L’attraction principale est le Strokkur qui propulse une colonne d’eau d’au moins 10 mètres toutes les sept minutes ! Il est aussi possible de marcher jusqu’en haut de la colline juste derrière pour avoir une belle vue des environs (10 petites minutes de marche).

geysir snow

Le Strokkur bout.

Le Strokkur bout.

Et BOOM ! Photo credit : Billy Young.

Et BOOM ! Photo credit : Billy Young.

Le dernier élément du Cercle d’Or est Gulfoss, une chute d’eau énorme. Un petit sentier mène à un bon point d’observation (remplit de touristes, bien sûr). Pour être honnête, les photos ont peut-être l’air magnifiques, mais je ne me rappelle pas de grand chose. La chute d’eau est tellement puissante qu’elle envoie des gouttes d’eau glacée de partout, rendant les environs tellement froids que j’ai dû marcher les derniers mètres de dos, puis me retourner vraiment rapidement pour voir à quoi ça ressemblait. Au final, j’ai remonté le sentier en courant pour m’abriter dans le café en haut parce que mes doigts me faisaient tellement mal que je commençais à avoir des images de gelures en tête. En revenant dans la voiture, le thermomètre indiquait -15°. Prends de bons gants.

Regarde les gens à gauche pour te faire une idée de l'échelle.

Regarde les gens à gauche pour te faire une idée de l’échelle.

En allant vers Selfoss, tu peux faire un dernier arrêt à Skalholt, une petite église entourée d’une poignée de maisons et de belles vallées.

snow church

Selfoss n’a rien d’exceptionnel mais il y a une très bonne auberge de jeunesse ouverte toute l’année : Bed and Breakfast Selfoss (Austurvegur 28). Si ça a l’air vide, n’hésite pas à essayer de faire baisser les prix, la propriétaire est vraiment sympathique.

JOUR 2 – DE SELFOSS A VIK

Voilà la carte Google Map du jour 2

C’est mon jour préféré, prépare toi sérieusement pour des paysages à couper le souffle !

Quelques minutes après Selfoss, un chemin mène à Urridafoss, une autre chute d’eau avec un petit sentier qui suit l’eau. Je l’ai largement préférée à Gulfoss, d’abord parce que je n’étais pas en train de mourir de froid, et ensuite parce que les masses de touristes du Cercle d’Or avaient disparues.

frozen lake snow-2

Continue sur la route 1 et attention en traversant Hvolsvollur, c’est la dernière station service avant Vik !

Il y a un certain temps de voiture après Selfoss avant d’atteindre le prochain arrêt, mais l’Islande est tellement magnifique qu’il y a toujours une bonne raison de s’arrêter. La cascade Seljalandsfoss est clairement visible depuis la route. Il y a même un chemin qui permet de passer derrière la cascade, un peu glissant un été, mais complètement glacé et dangereux en hiver. C’est tout de même un coin magnifique.

Seljalandsfoss waterfall snow

On voit le chemin derrière.

On voit le chemin derrière.

Mais il fallait d'abord passer par là, donc non ...

Mais il fallait d’abord passer par là, donc non …

Juste un peu plus loin sur la route, Skogafoss est une autre cascade impressionnante. J’ai eu de la chance et un arc-en-ciel s’est formé sur la chute d’eau quelques minutes après mon arrivée. Un escalier à droite monte jusqu’en haut, et je recommande absolument le point de vu !

Skogafoss waterfall rainbow snow

La vue d'en haut.

La vue d’en haut.

On arrive maintenant au paysage le plus inattendu : la carcasse d’avion de Solheimasandur. La route est normalement accessible seulement en jeep, donc si tu as une petite voiture il faudra la garer avant le portail et marcher pendant deux petits kilomètres (ou faire du jeep-stop). Cet avion s’est écrasé ici pendant la seconde guerre mondiale et le propriétaire de ces terres a décidé qu’il lui appartenait et a refusé qu’on l’enlève. La bonne nouvelle c’est que ce crash n’a fait aucune victime, et la bonne nouvelle c’est que cet avion offre maintenant un des plus étranges spectacles (non, il n’y a pas de mauvaise nouvelle avec moi) ! J’avais un peu l’impression d’avoir débarqué au milieu d’un épisode de Lost, et j’en ai également profité pour voir la mer Islandaise pour la première fois. En marchant cinq minutes après l’avion, on arrive sur une plage de sable noir, face à face avec les grandes vagues d’eau glacée. Je vous ferai ma diatribe sur la côte de L’Islande plus tard.

plane crash snow-3

coast black sand waves

Plus on se rapproche de Vik, et plus la route longe la mer. Tourne sur la 218 pour atteindre Dyrholaey. La route se sépare en deux, et je te conseille d’essayer les deux options. L’une s’arrête sur un parking un petit peu au-dessus du niveau de la mer, l’autre monte (chemin étroit et glissant, attention en hiver) sur une colline jusqu’à un phare. De là, la vue sur la mer, la plage et les falaises avec des oiseaux qui volent de partout, est magnifique. C’est aussi une réserve de macareux, donc avec un peu de chance tu pourras en apercevoir ici. La célèbre arche est également bien visible d’en haut, les pieds dans la mer.

Dyrholaey coast beach

Dyrholaey coast symetric

Dyrholaey coast arch sea

Juste avant Vik, tourne sur la 215 pour aller à Reynisfjara. C’est la plage de Vik, mon endroit préféré, et comme j’ai déjà dédié un article entier à son incroyable beauté, je ne vais pas en rajouter.

vik beach moon color light

A Vik, je conseille de dormir au Nordur-Vik Youth Hostel (première à gauche après la rivière, tout au bout de la route). Il est un peu à l’écart de la ville et en hauteur sur une colline, donc c’est un bon endroit pour observer une Aurore Boréale (c’est là que j’ai vu la mienne, en tout cas).

JOUR 3 – DE VIK A HOFN

Voilà la carte Google Map du jour 3

Après environ une heure de route en sortant de Vik, prends la 206 pour atteindre Fjaorarglijufur (franchement je ne sais pas comment celui là se prononce). Une rivière serpente au fond d’un canyon, un sentier au bord de la falaise permet de suivre l’eau. La vue est magnifique et, pour une raison incompréhensible, il n’y avait pas de neige à cet endroit là.

canyon river shadow

light sun river cliffs

Le prochain arrêt est Skaftafell, au pied du glacier. Il y a plein de randonnées longues ou courtes qui démarrent du centre d’information, permettant de se rapprocher du glacier ou bien de s’enfoncer dans le parc national. Le mieux est de se garer sur le parking du centre d’information est de se renseigner à l’intérieur car, en hiver, certains chemins peuvent être déconseillés. Il y a également une petite exposition sur le glacier dans le centre. Une des randonnées les plus populaires est celle qui mène à Svartifoss, une cascade entourée de colonnes de basalte. Le chemin est facile et dure moins d’une heure.

Svartifoss waterfall stalactites basalt rock ice

De retour dans la voiture, à peu près deux kilomètres après le centre d’information, prends le chemin sur la gauche. Il mène à un petit parking et, cinq minutes de marche plus tard, tu te retrouveras au pied même du glacier, le Svinafellsjokull ! Il est aussi possible de marcher jusque là depuis le centre d’information si tu en as le temps.

Skaftafell glacier-2

Skaftafell glacier iceberg-2

Le dernier arrêt avant Hofn est peut-être bien le plus célèbre d’Islande. Le Jokulsarlon est un grand lac dans lequel des bouts d’icebergs flottent, créant une scène digne de Titanic. Un peu plus loin et de l’autre côté de la route, une plage de sable noir est également recouverte de ces mystérieux blocs de glace. Au lever ou coucher du soleil, la lumière rend l’endroit encore plus incroyable. Jokulsarlon est également l’endroit rêvé pour observer les Aurores Boréales, car la lumière se reflète sur la glace, rendant le tout absolument magique, mais pour ma part je n’ai pas eu la chance de les voir ici !

Du haut de la colline.

Du haut de la colline.

De très près. Photo credit : Billy Young.

De très près. Photo credit : Billy Young.

Ce n’est pas la peine de continuer jusqu’à Hofn si tu n’as pas de problème de budget, mais c’est la seule auberge de jeunesse ouverte toute l’année (Hvannabraut 3), donc le temps de route peut valoir le coup.

JOUR 4 – DE HOFN A REYKJAVIK

Et oui, il faut bien faire demi-tour à un moment, et ramener la voiture à Reykjavik. La route est longue, mais tu peux en profiter pour t’arrêter de nouveau à tes coins préférés (la plage de Vik, hum hum).

Pour ton tableau Pinterest !

Pour ton tableau Pinterest !


J’ai loué la voiture avec Sixt, ce n’était pas très cher, surtout si la voiture est bien remplie (je t’encourage bien sûr à essayer d’y mettre autant de monde que possible, pour ton porte monnaie et l’environnement) !

2 commentaires sur Islande côte sud : un road trip en 4 jours

  1. Salut, super road trip !

    Dis moi j’ai une petite question concernant la location de voiture,

    As-tu eu des problèmes au moment de retourné la voiture, des frais annexes ? Car sur certain forum beaucoup de personne se plaignent d’avoir eu des frais de réparation au retour, notamment à cause des cendres et poussières qui abimeraient les voitures, est ce vrai ?

    Merci d’avance pour ta réponse !

    • Je n’ai pas eu de frais, mais c’est vrai que c’est un gros problème en Islande, surtout dès que tu t’éloignes de la route 1. Il faut faire super attention aux assurances proposées par la compagnie de location avant de signer. Je me rappelle très bien qu’on m’a proposé une assurance spéciale pour ça à Sixt, mais que je n’ai pas prise car je savais que je ne m’éloignerais pas de la route 1.

Leave a reply