Comment trouver le temps de faire ce qui nous rend heureux ?

Chacun cherche un sens à sa vie, ou à défaut un grand projet. Pour certain cela se traduit par des envies artistiques, par des voyages (bien sûr !), par l’envie de fonder une famille ou une charité, … le petit problème, c’est que quelque soit la réponse à la grande question « que faire de ma vie ? », il faut toujours une chose pour mettre le projet en place : de l’argent. Seulement, pour gagner de l’argent, il faut travailler. Et travailler prend du temps. Et le temps est nécessaire pour mener à bien vos projets de coeur. C’est le chien qui se mord la queue. Alors, comment trouver le temps de faire ce qui nous rend heureux ?

Voyager ?

José Mujica, l’ancien président d’Uruguay, a parfaitement résumé ce problème qu’il est fondamental de saisir afin de pouvoir organiser sa vie de façon satisfaisante :

« Lorsque j’achète quelque chose, ou que toi tu achètes quelque chose, tu ne l’achètes pas avec de l’argent. Tu l’achètes avec le temps de vie que tu as dépensé pour gagner cet argent. La différence, c’est que la vie est la seule chose qu’on ne peut pas acheter. La vie ne peut que s’écouler et se raccourcir. Et quel malheur d’employer cette vie à perdre notre temps et notre liberté ainsi. »

La première fois que j’ai entendu cette citation, ça a fait BOUM dans ma tête. Effectivement, ça nous arrive à tous d’acheter quelque chose dont on a pas besoin en se disant « bon, c’est juste de l’argent, ça reviendra. » Mais NON, ce n’est pas juste de l’argent. C’est ton temps que tu dépenses, le temps passé à travailler pour gagner cet argent. Et malheureusement, la plupart du temps, passé à travailler sur quelque chose qui ne t’intéresses pas.

woman dog work local

Donc, pour pouvoir passer une vie à faire ce qu’il nous plait, il faudrait pouvoir se passer d’argent ? Seulement, moi je n’ai pas envie de vivre sans argent, de devoir aller en Inde à pied plutôt que de prendre l’avion, ou de devoir mendier ma nourriture tous les jours. Certains choisissent de s’extraire complètement du système financier ainsi, mais ce n’est pas pour moi. Et, je peux le deviner, ce n’est pas pour toi non plus.

Alors, sans trop aller dans l’extrémisme, comment minimaliser l’impact de l’argent sur sa vie ?

La première solution qui m’est rapidement apparue n’est pas révolutionnaire, mais ô combien libératrice : de se baser sur le minimalisme. Avoir un mode de vie minimaliste ne veut pas dire qu’il faut aller vivre dans une yourte comme un ermite. Il s’agit simplement de se contenter du nécessaire. Et encore plus que ça : de reconnaître qu’on a pas besoin de plus.

Nous vivons dans une telle société de consommation que c’est une question que nous oublions souvent de poser avant de faire un achat : est-ce que j’en ai besoin ? De plus, nous sommes continuellement agressés par les publicités, les vitrines et la mode, ce qui rend difficile de ne pas se replonger dans cette société et cette façon de penser. Et pourtant, en voyage, c’est tellement facile ! Le contenu d’un sac à dos ou d’une valise suffit pour vivre pendant des mois. On ne va pas s’amuser à acheter cinq paires de jean différents, ni à débuter une collection de « jolies petites boites », il n’y a pas la place ! Et est-ce qu’on est plus malheureux pour autant ? Je ne crois pas.

Hiking Panchase.

Je sais que c’est compliqué tout ça, alors reprenons : pour pouvoir disposer de son temps comme on veut, il faut réduire son lien à l’argent. Plus on veut de temps, moins on aura d’argent. Lève les bras si tu as envie d’être pauvre ? Moi non.

Et pourtant, il faut absolument réaliser que la plus grande richesse que l’on peut avoir, c’est le temps.

Le temps passé avec sa famille, le temps passé à créer, à écrire, à réaliser ses rêves.

Pour moi le luxe, c’est de pouvoir passer une journée à ne faire absolument rien. Ou de pouvoir être au bout du monde sur une plage à simplement profiter de la sensation du soleil sur ma peau, sans avoir de montre interne qui me pousse à me remettre au travail.

loch lomond shore beach

Le luxe, c’est la liberté.

La liberté de poursuivre mes rêves et mes passions, d’acheter un billet de train un matin si j’ai une envie subite d’aller visiter quelqu’un à l’autre bout de la France (ou du monde), la liberté d’utiliser mon temps comme bon me semble.

Alors, certes, mon compte en banque n’est pas bien plein. Je vis dans un petit appartement. Je surveille mon budget de façon très serrée.

Mais c’est ça ma liberté, la liberté aussi de juger de ce qui est important dans ma vie. Par exemple, c’est important pour moi d’avoir un appartement, de voyager et de manger des produits de qualité, alors j’ai décidé de gagner assez d’argent pour ça. Je donne même à une charité tous les mois ! D’un autre côté, je peux tout à fait vivre en portant des vêtements d’occasion, sans allumer le chauffage l’hiver et sans aller au restaurant toutes les semaines, alors j’économise cet argent. A la place, je gagne du temps. C’est à chacun de définir ses priorités et ses limites pour être heureux !

De quoi as-tu le plus besoin ? Du dernier Iphone ou de ta liberté ?

Je sens une telle fatigue chez ma génération qui n’en peut plus d’être esclave du travail et de l’argent, d’avoir chaque heure de sa journée planifiée en avance de 3 à 65 ans.

Je dis souvent, en rigolant à moitié, que la révolution n’est pas loin. Mais quand elle arrivera, ce ne sera pas pour demander un meilleur salaire ou plus de congés payés, ce sera le fruit d’un ras-le-bol général. Ce sera un cri pour la liberté.

vik beach sun light snow sunset

Comme de toute façon cet article se profile comme une prise de tête générale pour le lecteur, je vais en profiter pour aborder une question encore plus flippante, qui surgira une fois que tu auras réussi à te défaire un peu de l’argent pour te retrouver avec plein de temps sur les bras : « mais qu’est-ce que je vais en faire de tout ce temps ? »

Après avoir passé toute sa vie à étudier ou à travailler, ça peut être très déconcertant de se retrouver soudainement avec le temps de poursuivre ses propres projets. Quels sont mes projets ? Quels sont mes intérêts en dehors de mon domaine d’étude ? Quelles sont mes compétences en dehors de mon travail ? Qui suis-je ?

Je t’avais prévenu, ça peut être flippant d’avoir tant de liberté quand on y est pas habitué. C’est comme le poisson d’aquarium qui se retrouve lâché dans l’océan pour la première fois, au début il va être un peu perdu.

Alors ne te stresses pas, prends le temps d’être dans le moment présent, de laisser ton esprit vagabonder, de faire des essais, de tester de nouvelles choses, de laisser cours à tes plus folles envies. Prends aussi le temps d’apprécier les moments de paresses et d’inactivités, tu les as bien mérités.

De mon côté, j’utilise mon temps pour voyager. Plus tard, je déciderai surement d’employer ce temps à autre chose, mais pour l’instant le voyage est une part essentielle de mon apprentissage et de mon évolution. Il m’ouvre les yeux et l’esprit, j’absorbe de nouvelles cultures et j’en apprends beaucoup sur moi-même, sur les autres et sur les causes que j’ai envie de défendre. Tout ce temps qui passe, je l’utilise non pas à gagner de l’argent, mais à me donner une chance de découvrir le monde et d’explorer plein d’idées différentes.

moi-tikka-ceremony-children-welcome

J’ai appris à considérer le temps comme la plus forte monnaie, une devise bien supérieure à l’euro ou au dollar. Et en intégrant ça, je me surprends parfois à faire des choix très logiques. Par exemple, NON, je ne veux pas travailler pendant des heures sur un projet qui ne me plait pas. NON, je ne veux pas dépenser mon temps/argent pour acheter un produit que je ne considère pas éthique (bye l’huile de palme, la viande et compagnie). Je te le dis sans honte, car tu sais maintenant à quel point c’est logique : je travaille au MINIMUM.

Voilà une petite astuce pour ne pas perdre la relation temps/argent de vue : quand je m’apprête à faire un achat, je calcule rapidement combien d’heures de travail j’ai besoin de faire pour gagner ce montant. Par exemple, une demi-heure pour une plaque de chocolat. Quinze heures pour un saut en chute libre. Ensuite, je me demande : si je devais faire ces heures là, maintenant tout de suite, pour pouvoir faire cet achat, est-ce que je le ferais ? Franchement, une demi-heure de traduction ou autre tache ennuyante pour la minute de plaisir à manger du chocolat ne vaut vraiment pas le coup à mes yeux. Par contre, j’ai bel et bien payé le saut en chute libre, malgré les quinze heures, et c’était une telle expérience que je ne le regrette pas une seconde.

Evidemment, j’ai bien conscience de toujours participer à la société de consommation et d’être toujours esclave de l’argent, je ne me voile pas la face. Mais cette liberté dont je parle, nouvelle et partielle, reste l’expérience la plus savoureuse que je n’ai jamais eu.

Ne perds pas ton temps, n’attends pas pour réaliser tes rêves, ne remets pas à demain.

Garde toujours en tête que le temps est infiniment plus précieux que l’argent, ou tu risques de ne t’en rappeler que trop tard, quand tu auras plein d’argent mais plus le temps !

Qu’en penses tu ?

Partage sur Pinterest !

Partage sur Pinterest !

7 commentaires sur Comment trouver le temps de faire ce qui nous rend heureux ?

  1. Je suis d’accord avec toi que le temps est l’une des plus précieuses chose qu’on possède (je place la santé au-dessus) mais on peut aimer notre travail!!!
    J’adore l’informatique, programmer des applications… et je compte en vivre, vivre de cette passion tout en voyageant autour du globe… 😀

  2. Bonjour !

    Quel est ton métier qui te permette ainsi de voyager tout en étant minimaliste ? Je pense au prix des billets d’avions, sécurité sociale internationale à payer …

    • Je travaille comme rédactrice freelance et récupère également des petits boulots à droite à gauche pour compléter, pas vraiment de carrière au sens classique 😉

  3. Merci pour cet article qui fait du bien !! C’est totalement en résonance avec ce en quoi je crois et que j’essaie de partager. Le temps est l’une des seules choses qu’on ne pourra jamais récupérer, c’est ce qu’on a de plus précieux. Alors il faut essayer de le préserver au maximum surtout si c’est pour l’échanger contre un travail pénible et qui nous apporte rien à part un salaire. C’est une première étape d’en prendre conscience, il faut ensuite mettre tous ses efforts, comme tu le fais, à trouver des moyens de préserver son temps et à l’employer de la meilleur des façons.

  4. Très bel article, je suis tout à fait d’accord. Sans être encore dans une telle logique des choses au quotidien parceque je suis étudiante et je compte continuer un peu ce parcours avant de me lancer dans une autre aventure, je rejoins cet état d’esprit. Déjà chez moi j’essaie le minimalisme, et je me suis rendue compte que lorsque je voyage également. Et il est vrai qu’il est important de se demander si tel ou tel achat en vaux autant la peine, ou si l’on ne ferais rien de plus intéressant avec cet somme souvent gagnée avec pénibilité.

Leave a reply